16/09/2005

F1: faudrait revoir la manière de compter...


Savez-vous compter les... spectateurs et les sous-sous?  Un grand sujet qui mériterait d'être débattu ouvertement à Francorchamps.  Pourquoi?  Tout simplement parce que au niveau des spectateurs, les années semblent se ressembler quoi qu'on en disent.  Prenons simplement les talus "bronze".  A première vue, le taux d'occupation est sensiblement identique à celui des dernières années, et surtout aux années où les organisateurs (avant l'arrivée de DDGP) annoncaient des chiffres proches des 100.000 spectateurs.
Donc si vous en retirez la moitié (les chiffres annoncés pour ces deux dernières années), le circuit devrait paraître désert.  Or il n'en est rien...  Les abords sont toujours aussi bien garnis de fans colorés.  Un peu moins à certains endroits, mais déjà qu'on est serré aux chiffres annoncés de 55.000 tickets, je me demanderais bien où il faudrait caser le double de monde sur certains flancs de collines!
Dès lors, comment expliquer cette différence?   Faut-il émettre des soupçons sur les gestionnaires précédents qui auraient volontairement gonflés les chiffres afin de remettre un fonds de commerce sur-évalué?  Ou alors applique-t-on une nouvelle manière de voir les choses?  Reste le cas d'une illusion d'optique lorsqu'on est parmi la foule ou qu'on l'observe du dehors.
D'après ma méthode AMDEC qui analyse les systèmes "défaillants" (et qui s'appliquait à merveille aux problèmes techniques que l'on rencontre à Francorchamps et dont personne ne veut...), j'en conclus que toute la filière de la billetterie (de l'émission au contrôle) doit être assurée ou coordonnées par les Communes de Stavelot et de Malmedy (ou éventuellement la Région wallonne) afin de disposer de chiffres "instantanés" et reflétant la réalité du terrain.
Comment se fait-il que l'on ait eu des variations aussi grandes (imprécisions) sur le nombre d'entrées alors qu'il s'agit d'une simple additions de tickets vendus (en clair, c'est pas plus compliqué qu'un compteur de visiteurs que l'on voit sur un site, voyez le mien).
Autres remarques: il faut supprimer les points "cash" qui font plutôt préhistorique dans cet univers F1 bourré d'électronique avec leurs mesures et contre-mesures! (je vous passerai des photos...)  L'argent liquide qui s'envole rapidement dans les airs avant même la fin des festivités, ça laisse rêveur. On pourrait faire un jumelage du circuit de Francorchamps avec celui de Monaco par le rétablissement de la Principauté de Stavelot-Malmedy.  Une belle zone franche à l'image d'un paradis fiscal.  Les micros Etats, cela rapporte en F1 (Monaco, San Marino, Luxembourg) !  Assez que pour couvrir les pertes d'un Grand Prix !

08:39 Écrit par Captain Paddock | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

1 + 1 = Pourtant il y avait des scanners aux entrées , a quoi servaient ils ???

Écrit par : viking | 16/09/2005

faut vérifier l'encodage des scanners ! Tout est une question de programmation. Tout est possible, on sait cacher ce qu'il faut et quand il faut et à qui il faut !
Par exemple, c'est pas très compliqué d'inclure au programme des séquences "dormantes" (à l'image de certains virus) qui autorisent des numéros "bidons" à pénétrer dans l'enceinte du circuit. Il faut parfois certaines complicités internes. Et comme au ministère des finances, ils sont plus doués pour contrôler des réservoirs à diesel (pas besoin de formation pointue) que de décortiquer des programmes aux bons moments (car les updates remettent tout en place à la fin), il pourrait être très facile de leur faire croire n'importe quoi rien qu'en leur montrant un scanner comme gage de confiance. Mais l'astuce réside dans la programmation. Un jeu d'enfant pour quelqu'un de compétent!

Écrit par : captain paddock | 16/09/2005

b Les 100 000, c'était un total de s3 jours il me semble.

60 000 du dimanche + le vendredi et samedi. Un type qui viet trois jours est donc compté 3 fois.

Écrit par : Stef | 17/09/2005

places, tickets, entrées,... C'est pour cela qu'il faut faire une différence entre tickets vendus et entrées au circuit.
Le problème est que les chiffres (favorables ou défavorables selon l'exploitation qu'on veut en faire) sont souvent pris sans mentionner la méthode de comptage.
Idem pour le mécanisme des tickets vendus cash "au porteur".

Écrit par : captain paddock | 17/09/2005

Les commentaires sont fermés.